CREDIT IMMOBILIER 2019 : DES TAUX TOUJOURS A LA BAISSE ?

CREDIT IMMOBILIER 2019 : DES TAUX TOUJOURS A LA BAISSE ?

Quels taux d’emprunt immobilier à l’été 2019 ? Dès le début du printemps, les taux du crédit s’établissaient en dessous de leurs planchers historiques de l’automne 2016, avec une moyenne de 1% sur 20 ans au mois de février(*). Contrairement aux prévisions et aux craintes de tendance haussière, les taux ont continué leur baisse pour atteindre des niveaux records de 0,80% sur 15 ans au mois d’avril 2019. Conséquence : partout en France, alimentée par la guerre commerciale que continue à se livrer les établissements bancaires sur ce produit d’appel, le robinet du crédit est grand ouvert.

Des coûts d’emprunt divisés par 2 en 5 Ans.

D’après une étude récente de l’Ipsos, en 10 ans, la capacité d'emprunt des ménages français a augmenté de 40%(**). Variable selon les communes et les quartiers, le pouvoir d’achat des français a bondit de 2% sur les 5 dernières années.

En 5 ans, le cout d’un crédit a été divisé par deux, et aujourd'hui, à revenu égal, un ménage capable de rembourser 1000 € par mois, peut se voir octroyer un prêt de 206 000 €, quand il n'aurait pu emprunter que 145 000 €, il y a dix ans.

Résultat : malgré que le marché se soit un peu tendu, avec la hausse des prix immobiliers (Au 4ème trimestre 2018, +3,3% en moyenne, dans l’ancien, maisons et appartements confondus*), la réduction des aides telles que le PTZ ou encore l’évolution du dispositif Pinel et la diminution de l’APL accession, les français ont gagné en pouvoir d'achat immobilier et profitent à plein des taux bas du crédit immobilier.

0,80% Sur 15 ans*, records historiques pour le taux des crédits immo

Fin avril 2019, les taux moyens affichés par les établissements créditeurs se situent à 1,34 % sur 15 ans, 1,54 % sur 20 ans, 1,75 % sur 25 ans. En pratique, les chiffres proposés atteignent des taux records de 0,80% sur 15 ans2 pour les meilleurs dossiers.

Certains profils obtiennent des conditions particulièrement avantageuses, tant les banques se livrent toujours une concurrence active pour capter de nouveaux clients.

De plus, le montant des apports personnels a également diminué de -7,2% sur les deux premiers mois de l'année. La durée de l’emprunt a également connu un accroissement et désormais près de 71,9 % des emprunteurs souscrivent un emprunt sur plus de 20 ans.

A présent, la durée moyenne des prêts immobiliers s'établit aux alentours de 230 mois, soit un allongement moyen de 2 ans, entre le printemps 2013 et le mois d'avril 2019.

Y’a-t-il de bons et de mauvais dossiers ?

La baisse des taux du crédit immobilier avantage un grand nombre d’acheteurs potentiels. Elle présente cependant aussi quelques effets pervers, telle que la difficulté pour les seniors d’obtenir un accord favorable en raison de la règle législative liée au plafond du taux d’usure.

Explication : la baisse des taux entraine mécaniquement avec elle la baisse du taux de l'usure, plafond légal en dessous duquel les banques ont le droit de prêter. Résultat, un emprunteur senior peut se voir proposer un taux nominal avantageux, mais en intégrant l'assurance de son prêt, son TAEG (Taux annuel effectif global) dépassera le taux d'usure acceptable, et en conséquence, le candidat à l’emprunt risque de se voir refuser sa demande de prêt.

Néanmoins, dans la grande majorité des cas, l’effet de levier du crédit joue à plein. La baisse des taux reste une très bonne nouvelle pour la plupart des porteurs de projets d’acquisition immobilière. Particulièrement pour les primo-accédants, ces jeunes couples ou célibataires qui se lancent dans une première acquisition de leur résidence principale.

sources :
* Observatoire du crédit immobilier
** Meilleurstaux.com